Forum de la Tribu Carmine - Carmine Tribe - Sciences Arts Astronomie BOINC HydroLAB
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  ÉvènementsÉvènements  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 ChamaeCyparis Thyoides

Aller en bas 
AuteurMessage
CarmineTribe
Membres
CarmineTribe

Messages : 65
Diamonds : 877
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/11/2017
Localisation : EveryWhere

ChamaeCyparis Thyoides Empty
MessageSujet: ChamaeCyparis Thyoides   ChamaeCyparis Thyoides EmptyMar 19 Nov 2019 - 22:20

-



Chamaecyparis Thyoides


Cypress Hill ! 😊

Cyprès blanc de l'Atlantique
ou faux cyprès
Chamaecyparis Thyoides

il est originaire de la côte atlantique
de l'Amérique du Nord
et se rencontre du sud du Maine à la Géorgie
et le long de la Floride au Mississippi.




Cyprès blanc de l'Atlantique
ou faux cyprès

une espèce de Cupressaceae,
est originaire de la côte atlantique de l'Amérique du Nord
et se rencontre du sud du Maine à la Géorgie
et le long du golfe du Côte mexicaine de la Floride au Mississippi.

Chamaecyparis thyoides
pousse à moins de 20 et 100 m du littoral
et à moins de 50 m au dessus du niveau de la mer
sur une grande partie de la côte est et de la côte du golfe.




Chamaecyparis thyoides
(cèdre blanc de l'Atlantique, cyprès blanc de l'Atlantique,
cèdre blanc du Sud, cèdre blanc ou faux cyprès),

une espèce de Cupressaceae,
est originaire de la côte atlantique de l'Amérique du Nord
et se rencontre du sud du Maine à la Géorgie
et le long du golfe du Côte mexicaine de la Floride au Mississippi.

C'est l'une des deux espèces de Chamaecyparis présentes en Amérique du Nord.

C. thyoides réside sur la côte est et C. lawsoniana sur la côte ouest.

Il existe deux sous-espèces géographiquement isolées,
traitées par certains botanistes comme des espèces distinctes,
par d'autres au rang uniquement variétal:

Chamaecyparis thyoides thyoides
et Chamaecyparis thyoides henryae (HLLi)

E.Murray (syn. Chamaecyparis thyoides subsp. Henryae (HLLi)

Little; Chamaecyparis henryae HLLi) [2] [3] [4]

L'espèce pousse dans les zones humides boisées
où elle a tendance à dominer la canopée.

Les arbres sont associés à une grande variété d'autres espèces de zones humides
en raison de leur large aire de répartition nord-sud.

Les populations restantes se trouvent maintenant principalement
dans des régions éloignées où il serait difficile de récolter.

Par conséquent, sa popularité en tant que source de bois d'œuvre a diminué.





Distribution et habitat [edit source]

Chamaecyparis thyoides
pousse à moins de 20 et 100 m du littoral
et à moins de 50 m au dessus du niveau de la mer [5]
sur une grande partie de la côte est et de la côte du golfe.

[6] Des populations rares se développent dans les contreforts des Appalaches,
où l'arbre peut être trouvé jusqu'à 460 m au dessus du niveau de la mer. [2]

À l’échelle nationale, le cèdre blanc de l’Atlantique est protégé par le refuge national de Dismal Swamp, le refuge national d’Alligator River, le littoral national de Cape Cod, la forêt nationale de Croatan, les forêts nationales de Francis Marion, Ocala et Apalachicola. La modification des régimes de feux, l'exploitation forestière et l'assèchement des zones humides en dehors des quelques zones protégées ont tous contribué à la diminution générale de la taille et de la présence de filons de cèdre blanc de l'Atlantique. L'arbre est classé comme rare en Géorgie et à New York, préoccupant dans le Maine et disparu du pays en Pennsylvanie. [5] [7] [8]
Chamaecyparis thyoides vit presque exclusivement dans les zones humides d'eau douce et est considéré comme une espèce de zone humide obligatoire. Il préfère les habitats où le sol est saturé d'eau au moins pendant la majeure partie de la saison de croissance. Les sols de ces régions ont une couche organique épaisse, souvent classée comme un horizon de surface histique, avec des matériaux sableux plus profonds et un mauvais drainage. Les zones humides de cèdre blanc de l'Atlantique sont acides et le sol contient peu d'oxygène, car l'eau a déplacé l'air. Les plantes qui vivent dans ces environnements doivent être spécialement adaptées à ces conditions.
Bien que l'arbre ne soit pas inscrit sur la liste des espèces menacées, les zones humides de cèdre blanc de l'Atlantique sont considérées comme un écosystème mondialement menacé et servent souvent de puits de carbone en raison de leurs capacités de production de tourbe. [7] [8] [9]





Écologie [edit source]
On trouve souvent des érables rouges et des gommiers noirs dans la canopée, ainsi que du cèdre blanc de l'Atlantique dans toute son aire de répartition. Les sphaignes se développent aussi souvent dans ces zones humides [7] [8]. La chenille du papillon porte-queue de Hessel se nourrit exclusivement de C. thyoides, où sa couleur verte lui permet d'être camouflée [10].
Les arbres eux-mêmes poussent sur des buttes, de petites buttes, avec de l'eau qui s'accumule dans les dépressions qui les entourent. Cela empêche l'arbre de rester sous l'eau toute l'année et aide à se protéger des inondations. L'arbre profite d'incendies périodiques de faible intensité qui exposent les semis au soleil et limitent la concurrence avec la flore de la canopée, en particulier l'érable rouge. Des incendies ou des inondations trop fréquents ou intenses endommagent les semis stockés dans la couche supérieure du sol et les arbres adultes. [5]





Description [edit source]
Chamaecyparis thyoides est un conifère à feuilles persistantes atteignant généralement 20–28 m (66–92 ft) 2 m (6 pi 7 po), et un feuillage plumeux en sprays moyennement aplatis, de couleur verte à bleu-vert glauque. Les feuilles ont une longueur de 2–4 mm (3⁄32–5⁄32 po) et sont produites en paires opposées décussées sur des pousses quelque peu aplaties. les jeunes plants âgés de moins d'un an ont des feuilles en forme d'aiguille. L'arbre est dépourvu de branches pour représenter les trois quarts de la hauteur du tronc et l'écorce peut être gris cendré à brun rougeâtre. L'écorce est lisse sur les juvéniles, mais les arbres matures ont des crêtes profondes et une écorce aussi épaisse que 5 cm (2 po). C. thyoides étant monoïque, un seul arbre transportera à la fois le pollen et les graines nécessaires à la reproduction dans des cônes. Les cônes des graines sont globuleux, de 4–9 mm de diamètre, avec 6 à 10 écailles (1 à 2 graines par échelle), verts ou violets, mûrissant au brun 5–7 mois après la pollinisation. . Les cônes de pollen sont jaunes mais virent au brun lorsque l’arbre mûrit, mesurent 1,5–3 mm de long et 1–2 mm (132–3⁄32 po) de large, libérant une fois leur pollen jaune. un an au printemps [2] [3] [7] [8] L'arbre commence à porter des graines à l'âge de 4–5 ans, mais n'atteint pas sa maturité et produit des cônes jusqu'à ce qu'il ait 10 ou 20 ans. Les graines sont dispersées presque chaque année et voyagent par le vent. [11] La hauteur et le diamètre de l'arbre augmentent progressivement jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 50 ans, moment auquel la croissance en hauteur ralentit. La hauteur et le diamètre n'augmentent plus une fois que l'arbre a 100 ans. Les peuplements ont généralement moins de 200 ans, bien que certains arbres âgés de plus de 1000 ans aient été signalés. Parce qu'elles ont des racines relativement peu profondes, C. thyoides est susceptible d'être emporté par le vent [5] [9].
Variation des sous-espèces [edit source]
• Chamaecyparis thyoides thyoides: feuilles et cônes immatures généralement glauques bleu-vert; les cônes mûrissent au brun noir foncé; feuilles faciales plates, non striées, mais avec des glandes visibles.
• Chamaecyparis thyoides henryae: feuilles et cônes immatures verts, non glauques; les cônes mûrissent au brun clair; feuilles faciales avec une crête longitudinale avec des glandes moins évidentes ou absentes. [2] [5] [8]
Culture et utilisations [edit source]


Feuillage et cônes
Chamaecyparis thyoides a une certaine importance en horticulture, plusieurs cultivars ayant des formes, des vitesses de croissance et des couleurs de feuillage variées ayant été sélectionnés pour la plantation en jardin. Les cultivars nommés comprennent 'Aurea' (feuillage jaune), 'Heatherbun' (nain, violet en hiver) [12], '12 Andelyensis' (nain, feuillage dense), 'Ericoides' (feuillage juvénile) et 'Glauca' (fortement glauque). feuillage). [3] Dans certains endroits, notamment dans le comté de Mobile, en Alabama, l'arbre est cultivé comme un arbre de Noël [13].





Bois [edit source]
Son bois est considéré comme rustique, car il résiste à la pourriture et au gauchissement à différentes températures et niveaux d’humidité. L'utilisation la plus courante du bois de cèdre blanc est le bois d'oeuvre, pour lequel les peuplements nécessitent généralement 70 ans de croissance, de la germination à la récolte. Le bois d'œuvre peut être utilisé dans la construction de maisons, bien que la rareté du cèdre blanc de l'Atlantique rend difficile son utilisation comme matériau principal. Le bois a été préféré pour être utilisé comme bardeau de toiture car il est léger, mais a depuis été remplacé par des matériaux moins coûteux et plus résistants au feu tels que l'asphalte. La durabilité du bois de cœur en fait un matériau populaire pour les revêtements extérieurs et les lambris, et l'aubier, moins résistant, a été utilisé pour les finitions intérieures. Le bois de cèdre blanc a également été utilisé dans la construction de bateaux, mais cela nécessite des arbres beaucoup plus vieux et plus grands. La Caroline du Nord est le plus grand producteur de bois d’œuvre pour la construction de bateaux, car elle compte le plus grand nombre de forêts anciennes de C. thyoides. Autres utilisations: clôtures, poteaux téléphoniques et électriques, objets en bois, leurres de canard, meubles de jardin et arbres de Noël.





-


Dernière édition par CarmineTribe le Mar 19 Nov 2019 - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CarmineTribe
Membres
CarmineTribe

Messages : 65
Diamonds : 877
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/11/2017
Localisation : EveryWhere

ChamaeCyparis Thyoides Empty
MessageSujet: Re: ChamaeCyparis Thyoides   ChamaeCyparis Thyoides EmptyMar 19 Nov 2019 - 22:20

SOURCE EN UK
-





ChamaeCyparis Thyoides







Chamaecyparis thyoides (Atlantic white cedar, Atlantic white cypress, southern white cedar, whitecedar, or false-cypress), a species of Cupressaceae, is native to the Atlantic coast of North America and is found from southern Maine to Georgia and along the Gulf of Mexico coast from Florida to Mississippi. It is one of two species of Chamaecyparis found in North America. C. thyoides resides on the East Coast and C. lawsoniana can be found on the West Coast. There are two geographically isolated subspecies, treated by some botanists as distinct species, by others at just varietal rank: Chamaecyparis thyoides thyoides and Chamaecyparis thyoides henryae (H.L.Li) E.Murray (syn. Chamaecyparis thyoides subsp. henryae (H.L.Li) Little; Chamaecyparis henryae H.L.Li)[2][3][4] The species grows in forested wetlands where they tend to dominate the canopy. The trees are associated with a wide variety of other wetland species because of their wide north-south range. The remaining populations are now found mostly in remote locations that would be difficult to harvest, so its popularity as a source of lumber has decreased.





Distribution and habitat[edit source]
Chamaecyparis thyoides grows within 20 and 100 m of the coastline and less than 50 m above sea level[5] along much of the East Coast and Gulf Coast.[6] Rare populations grow in the foothills of the Appalachian Mountains, where the tree may be found up to 460 m above sea level.[2] Nationally, Atlantic white cedar are protected in the Great Dismal Swamp National Wildlife Refuge, Alligator River National Wildlife Refuge, Cape Cod National Seashore, Croatan National Forest, Francis Marion National Forest, Ocala National Forest, and Apalachicola National Forest. Altered fire regimes, logging, and draining of wetlands outside of the few protected areas have all contributed to the general decrease in the size and occurrences of Atlantic white cedar strands. The tree is listed as Rare in Georgia and New York, of Special Concern in Maine, and Extirpated in Pennsylvania.[5][7][8]
Chamaecyparis thyoides lives almost exclusively in freshwater wetlands and are considered an obligate wetland species. It prefers habitats where the soil is saturated with water at least during the majority of the growing season. The soils in these regions have a thick organic layer, often classified as a histic surface horizon, with sandy material at greater depths and poor drainage. Atlantic white cedar wetlands are acidic and there is little oxygen stored in the soil because water has displaced the air. Plants that live in these environments must be specially adapted to such conditions.
Though the tree is not listed as threatened, Atlantic white cedar wetlands are considered a globally threatened ecosystem, and often serve as carbon sinks because of their peat-building abilities.[7][8][9]
Ecology[edit source]
Red maple and black gum trees are often found in the canopy along with Atlantic white cedar throughout its range. Sphagnum mosses also often grow in these wetlands.[7][8] The caterpillar of the Hessel's Hairstreak butterfly feed exclusively on C. thyoides, where its green color helps it to be camouflaged.[10]
The trees themselves grow on hummocks, small mounds, with water pooling in the depressions surrounding them. This keeps the tree from being underwater year-round and helps to protect from floods. The tree benefits from periodic low-intensity fires which expose seedlings to sunlight and limit competition with other canopy flora, particularly Red Maple. Too frequent or intense fires or flooding are damaging to seedlings stored in the top layer of soil and full-grown trees.[5]
Description[edit source]
Chamaecyparis thyoides is an evergreen coniferous tree usually growing to 20–28 m (66–92 ft) (but may grow up to 35 m (115 ft)) tall with an average diameter of 0.8 m (2 ft 7 in), up to 2 m (6 ft 7 in), and feathery foliage in moderately flattened sprays, green to glaucous blue-green in color. The leaves are scale-like, 2–4 mm (3⁄32–5⁄32 in) long, and produced in opposite decussate pairs on somewhat flattened shoots; seedlings up to a year old have needle-like leaves. The tree is bare of branches for three-fourths of the trunk height and the bark can be ash-gray to reddish brown. Bark is smooth on juveniles, but mature trees have deep ridges and bark as thick as 5 cm (2 in). C. thyoides is monoecious, so a single tree will carry both the pollen and seeds needed for reproduction in cones. The seed cones are globose, 4–9 mm (5⁄32–11⁄32 in) diameter, with 6-10 scales (1-2 seeds per scale), green or purple, maturing to brown in 5–7 months after pollination. The pollen cones are yellow but turn brown as the tree matures, 1.5–3 mm (1⁄16–1⁄8 in) long and 1–2 mm (1⁄32–3⁄32 in) broad, releasing their yellow pollen once a year in spring.[2][3][7][8] The tree begins bearing seeds at 4–5 years, but does not reach full maturity and start producing cones until it is 10-20 year olds. Seeds are dispersed nearly every year and travel by wind.[11] Height and diameter of the tree increase steadily until the tree is 50 years old, at which point height growth slows. Both height and diameter no longer increase once the tree is 100 years old. Stands are generally all younger than 200 years, though some trees as old as a 1000 years have been reported. Because they have relatively shallow roots, C. thyoides are vulnerable to being blown over by wind.[5][9]
Subspecies variation[edit source]
• Chamaecyparis thyoides thyoides: Leaves and immature cones usually glaucous blue-green; cones mature to dark brown-black; facial leaves flat, not ridged, but with visible glands.
• Chamaecyparis thyoides henryae: Leaves and immature cones green, not glaucous; cones mature to light brown; facial leaves with a longitudinal ridge with glands less obvious or absent.[2][5][8]
Cultivation and uses[edit source]


Foliage and seed cones
Chamaecyparis thyoides is of some importance in horticulture, with several cultivars of varying crown shape, growth rates and foliage color having been selected for garden planting. Named cultivars include 'Aurea' (yellow foliage), 'Heatherbun' (dwarf, purple in winter),[12] 'Andelyensis' (dwarf, dense foliage), 'Ericoides' (juvenile foliage), and 'Glauca' (strongly glaucous foliage).[3] In some locations, particularly Mobile County, Alabama, the tree is cultivated as a Christmas tree.[13]





Wood[edit source]
Its wood is considered hardy, as it is resistant to decay and warping in a variety of temperatures and moisture levels. The most common use of white cedar wood is lumber, for which stands usually require 70 years of growth from germination to harvest. The lumber may be used in house construction, though scarcity of Atlantic white cedar makes it difficult to be used as the primary material. The wood was favored for use as roof shingles because it is lightweight, but has since been replaced by cheaper and more fire-resistant materials such as asphalt. The durability of the heartwood makes it popular for use as siding and paneling, and the less resistant sapwood has been used for interior finishes. White cedar lumber has also been used in boat construction, but this requires much older, larger trees. North Carolina is the greatest producer of lumber for boat construction because it has the greatest number of old-growth C. thyoides forests. Other uses include fencing, telephone and electric poles, woodenware, duck decoys, lawn furniture, and as Christmas trees



-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ChamaeCyparis Thyoides
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CarmineTribe :: ------------ < ------ NATURE - ECOLOGIE - POLLUTION - HUILES ESSENTIELLES ------ > ------------ :: ARBRES - NATURE - HyroLAB-
Sauter vers: